Grand Débat National : la transition écologique ne peut plus attendre

Le 16 mars, près de 350 000 citoyens ont défilé dans 220 villes de France afin de témoigner de l’urgence d’agir face à la crise climatique. Au sein de ce qu’ils ont appelé la marche du Siècle, un même sentiment était partagé : il n’est plus temps de débattre, mais d’agir. Et vite !

Et pourtant, les gouvernements occidentaux sont trop lents à réagir, encore enferrés dans un mode de pensée obsolète qui oppose développement économique et question climatique.

Les conférences citoyennes régionales (CCR) que Missions Publiques a organisé conjointement avec Res Publica dans le cadre du Grand Débat National ont permis de faire entendre la voix des citoyens sur quatre grands thèmes, et notamment sur celui de la transition écologique.

Le premier constat est que les citoyens veulent débattre ensemble et être entendus par les décideurs. Si l’organisation de l’État et des services publics est perçue comme illisible et cloisonnée, les différents participants ont pu démontrer – de par leurs propositions structurées et offensives – qu’une nouvelle collaboration est possible et souhaitable.

Parmi les propositions des citoyens, on retrouve tout d’abord une forte volonté de contenir le pouvoir des lobbys, afin que les gouvernements et les pouvoirs publics, nationaux et internationaux, puissent agir de manière sereine, rapide et efficace en faveur de la transition écologique.

De nombreuses incohérences sont également vécues comme insupportables par les citoyens, comme la non taxation des carburants des avions et des navires, alors que le carburant des véhicules particuliers, lui, est taxé. Les citoyens ont compris que les efforts devaient être réalisés collectivement, et ils souhaitent agir à leur niveau, par exemple en proposant de modifier leurs habitudes de consommation (alimentation locale et bio, réduction des déchets à la source) et en s’impliquant dans les processus de prises de décisions localement.

Quatre grands souhaits sont ressortis de ces discussions collectives :

  • Développer un modèle agricole plus respectueux de l’environnement et des animaux, sain pour les consommateurs et rémunérant les agriculteurs à leur juste valeur.
  • Chercher des alternatives à la voiture individuelle grâce entre autres au développement des transports en commun.
  • Trouver des alternatives aux choix actuels en matière d’énergie, puisque le remplacement des énergies fossiles est perçu comme trop lent, et que le nucléaire divise encore les participants.
  • Généraliser le tri et le recyclage des déchets.

Des propositions de solutions sont rapidement ressorties des discussions, prouvant que les citoyens peuvent être force de proposition. Voici notamment sur quoi portent la majorité des propositions sur l’alimentation :

  • Développer une fiscalité incitative pour que manger local et sain soit financièrement accessible à toutes et à tous, notamment par le biais des taxes (plus faibles sur les produits locaux, plus élevées sur les produits transformés ou importés). Manger bien ne doit pas être un luxe
  • Promouvoir les coopératives de vente et d’achat et les associations de maintien de l’agriculture paysanne (AMAP), etc., pour conférer un rôle de co-organisateurs aux citoyennes et citoyens, pas uniquement de consommateurs
  • Subventionner la formation et/ou la reconversion des agriculteurs et des pêcheurs, afin qu’ils puissent faire évoluer leurs modes de travail dans un sens éco-responsable. Il ne s’agit donc pas d’opposer d’un côté des professionnels vertueux et de l’autre côté des mauvais professionnels, mais bien d’accompagner et de soutenir les mutations  de pratiques.

Il ne s’agit donc pas d’opposer d’un côté des professionnels vertueux et de l’autre côté des mauvais professionnels, mais bien d’accompagner et de soutenir les mutations de pratiques.

Ces conférences, comme d’autres démarches participatives que Missions Publiques a organisées dans le passé – notamment dans le cadre de la COP 21 – ont confirmé quelque chose d’essentiel : le souhait des participants que les décideurs publics s’appuient sur l’intelligence collective citoyenne pour créer les politiques publiques de demain.

Retrouvez ici la synthèse des expressions citoyennes :
https://granddebat.fr/media/default/0001/01/4affa12418c5b7d0cf030f3114a6e370e71dc744.pdf

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *